C’est une belle fin de cycle pour le CV de Martigues

Nous avons rencontré, Olivier Bovyn, Vice-Président de la Fédération Française de Voile. Présent depuis le début de la grande fête de la voile espoirs sur l’étang de Berre, ce fin connaisseur de la régate et observateur avisé, nous partage ses premiers sentiments au sujet de cette nouvelle édition du Championnat de France Espoirs.

Olivier, avant de parler « bilan », pouvons nous revenir sur les grandes évolutions que vous avez mis en place pour cette nouvelle édition du Championnat de France Espoirs ?

Avec l’équipe de Jean Luc Denéchau, nous avons été élus en mars 2021. Il était donc trop tard pour apporter des évolutions à l’édition 2021 des Championnats de France Jeunes, mais cela nous a permis de voir quels éléments nous voulions faire évoluer. Il nous a semblé important de regrouper toutes les familles de la voile légère ensemble. C’est logistiquement plus simple d’un point de vue de l’organisation mais également pour les Ligues qui déplacent leurs coureurs. C’est aussi plus cohérent pour la communication mais aussi pour les échanges qui peuvent se créer entre les séries. L’autre évolution a été de décaler un peu les épreuves de flotte partagée habitable afin de permettre aux jeunes qui naviguent en dériveurs ou catamarans, par exemple, de pouvoir constituer un équipage et accéder facilement à une épreuve habitable. C’est important de créer cette transversalité et cette passerelle entre les disciplines. Si cette expérience en habitable donne quelques idées et amène des coureurs à faire du Match Racing ou d’autres compétitions habitables en parallèle de leur programme voile légère, ils y gagneront en expérience.

Vous êtes présents depuis le premier jour de l’ouverture du Championnat de France Espoirs, quelles sont vos premières observations ?

D’abord sportivement, je trouve qu’il y a un niveau technique global qui a bien progressé. Les premières journées de compétition se sont déroulées dans un mistral assez fort et il n’y a eu aucun problème. Ceci est bien entendu lié au bon niveau d’entrainement des jeunes, mais également à un dispositif de sécurité de qualité mis en place par le Principal Race Officer et les comités de course. Le site de Martigues est d’ailleurs assez remarquable de ce point de vu. Il offre de la proximité entre les zones de courses et la terre.  Par ailleurs il est bien protégé.

D’un point de vu de l’organisation, je suis très satisfait de l’ambiance à terre. Il y a eu une belle collaboration entre les différents acteurs pour aboutir à un très bon résultat. La soirée des ligues a d’ailleurs été une vraie réussite avec beaucoup d’entraineurs présents. C’est un bon indicateur. Tout comme la présence de pratiquement 100% des compétiteurs à la cérémonie de remise des médailles. L’équipe du Cercle de Voile de Martigues a fait un très bon travail. C’est une belle fin de cycle pour tous les professionnels et bénévoles du club. Merci et bravo à eux.

Vous parlez de fin de cycle pour Martigues, savez vous où sera organisé la prochaine édition du Championnat de France Espoirs ?

Oui, bien entendu. L’organisation d’une telle épreuve nécessite du temps, la mobilisation de nombreux bénévoles… donc nous anticipons les attributions. Nous avons donc rendez-vous à La Rochelle pour 2023 et 2024. Il est important de faire tourner les sites de compétitions, offrir de la variété aux compétiteurs. C’est aussi une évolution que nous avons apportée, à savoir attribuer les épreuves pour deux années. Cela permet de bien capitaliser de la première année et de tourner plus souvent sur les façades maritimes.

Qu’en sera-t-il pour le Championnat de France Jeunes foil qui se déroule actuellement à Miramas ?

L’attribution du Championnat de France à Miramas s’est faite tardivement (ndlr : Initialement prévue sur le lac de Serre Ponçon, l’épreuve a dû être déplacée en raison du niveau d’eau trop faible dans le lac cet été), mais c’est bien mieux qu’un plan B. Le Nautic Club de Miramas a toutes les compétences pour organiser ce type de compétition et ils en ont l’envie. Cela se passe très bien, le plan d’eau est très adapté et très joli. Je tiens à noter qu’il y a d’ailleurs eu une belle synergie entre les différents clubs de l’étang de Berre, l’association Kite 13, le Nautic Club de Marignane et le Comité Départemental des Bouches du Rhône. Nous n’avons pas encore pris de décision pour l’édition 2023 car il y a plusieurs éléments qui ne dépendent pas de nous, mais le site de Saint Chamas où nous nous trouvons actuellement, est une piste très sérieuse. Terminons d’abord l’édition 2022, nous avons une belle journée de course aujourd’hui au programme avec plusieurs titres de Champions de France Espoirs à attribuer ce soir.