Guillaume Chiellino : La saison est loin d’être finie

Présent lundi à Martigues pour assister à la deuxième journée du Championnat de France Espoirs, Guillaume Chiellino, le Directeur Technique National de la Fédération Française de Voile, nous a consacré quelques minutes pour échanger sur ses différents dossiers et ils sont nombreux…

L’été touche à sa fin et avec lui la saison des Ecoles Françaises de Voile. Comment s’est passé cet été ?

Tout d’abord je tiens à préciser que si la rentrée scolaire approche et qu’elle marque la fin de la période haute de l’activité au sein de notre réseau des Ecoles Françaises de Voile, la saison est loin d’être terminée. La saison estivale se poursuit très tardivement dans certaines régions et le mois de septembre est une période tout à fait agréable et propice pour continuer à naviguer ou découvrir les plaisirs de la glisse sur l’eau. Les professionnels du tourisme connaissent bien ce phénomène et nos EFVoile en sont également bien conscientes. L’offre dans les écoles de voile s’est beaucoup diversifiée ces dernières années avec l’arrivée de nouveaux supports tel que les wingfoils ou avec de nouvelles offres. Cet été, nous avons accompagné plus d’une trentaine de clubs dans la mise en place d’offres Slow Tourisme. Cette offre séduit, bien entendu les passionnés de voile, mais surtout un nouveau public. Il est un peu tôt pour tirer un bilan de la saison, mais j’ai le sentiment que cela s’est bien passé. L’été a offert de belles conditions pour naviguer sur l’ensemble du territoire et les contraintes d’organisation ont été moins fortes que les deux dernières années. Nous en saurons plus à l’automne.

L’été est également une période de forte activité pour les délégations jeunes, avec beaucoup de bons résultats. Cela doit vous ravir ?

Comme pour la première question, la saison est loin d’être finie. Elle bat son plein pour les jeunes et pour l’Equipe de France. Actuellement une seule série olympique a déjà disputé son Championnat du Monde 2022 (NDLR : ILCA 7 qui a permis à Jean Baptiste Bernaz de remporter le premier titre mondial pour la voile Française dans cette série, la plus diffusée au monde). Notre Projet de Performance Fédéral (PPF) a été validé avant l’été par le Ministère des Sports. Il comprend une Equipe de France Jeunes pour nos sportifs U23 (ndlr : moins de 23 ans) et des dispositifs pour les U19 et U17. Il y a une belle dynamique et la coordination des projets qui se construit avec un encadrement fédéral mais également des Ligues et de certains clubs. C’est un travail conséquent qui apporte, associé au travail et au talent des coureurs, de beaux résultats. La porte 2024 est grande ouverte pour tous ces jeunes et il est important qu’ils adoptent le plus rapidement possible les volumes d’entrainement du haut niveau que ce soit d’un point de vu physique, stratégique, tactique…. Afin qu’ils confirment tous leurs bons résultats obtenus dans les séries jeunes.

Vous évoquiez les Jeux Olympiques de 2024, comment se passe la préparation de l’Equipe de France ?

Nous avons une chance extraordinaire d’accueillir les Jeux Olympiques chez nous. Tous les membres de l’Equipe de France en ont conscience. Philippe Mourniac, le Directeur de l’Equipe de France avec son équipe d’entraineurs et de spécialistes issus de nos différentes cellules de performance, a organisé cet été un très beau rassemblement des 10 séries olympiques sur le plan d’eau de Marseille. Cette période de travail intense a été très positive. Nous sommes à 1 an et 11 mois des Jeux Olympiques de 2024. Il est donc important que nos sportifs naviguent un maximum de temps sur le plan d’eau olympique. A Marseille, les travaux ont bien avancé. Nous allons disposer d’un merveilleux outil de travail pour la dernière ligne droite avant les JO de 2024. Ce sera également un bel héritage pour les préparations futures de 2028 et 2032, pour tous les jeunes sportifs dont nous parlions précédemment.

D’un point de vu plus global, Paris 2024 a lancé son appel aux volontaires avec des places réservées pour des jeunes. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Accueillir les Jeux Olympiques dans son pays, cela n’arrive qu’une fois dans une vie donc pouvoir y participer en tant que volontaire, c’est exceptionnel. Parmi les 300 volontaires qui vont avoir la chance de participer à la bonne réussite des épreuves de voile à Marseille en 2024, une centaine auront en effet entre 16 et 18 ans. Cela concerne donc des jeunes qui ont actuellement entre 14 et 16 ans. Plusieurs d’entre eux sont présents aujourd’hui à Martigues, Miramas ou sur la plage du Jäi cette semaine. (Ndlr : pour en savoir plus cliquez ici)

Vous nous facilitez la transition. Comment s’est passé cette deuxième journée (lundi) du Championnat de France Espoirs que vous êtes venus observer ?

C’était une belle 2ème journée de course. Les conditions étaient musclées, mais parfaitement navigables. Le championnat débute avec de la brise, mais les prévisions s’annoncent plus légères pour la suite. Cela permettra à d’autres compétiteurs de briller dans les jours à venir. Les futurs champions de France Espoirs seront les compétiteurs les plus polyvalents.